7 films Marvel interdits dans le monde

Si de nombreux films de l’équipe Marvel sont sortis un peu partout dans le monde, les ennuis volent en escadrons depuis quelques années, au point d’être interdits ou censurés… En voici sept exemples.

Au sein de l’Empire du Milieu, les ciseaux de la censure bougent plus frénétiquement que jamais. Et même si de nombreux films de super-héros de l’écurie Marvel ont pu sortir là-bas, d’autres ont subi les foudres du bureau de la censure. Les 630 millions de dollars de revenus récoltés par Avengers : Endgame en Chine semblent un bien lointain souvenir…

Déjà soumis à une politique de quotas drastiques, les films hollywoodiens sont désormais plus que jamais soumis à des pressions politiques dans le pays de Xi Jinping, qui préfère largement privilégier les films flattant l’orgueil nationaliste aux œuvres consuméristes. Fabriqué aux États-Unis. Et la pandémie de Covid-19, qui a largement paralysé Hollywood, n’a fait que renforcer ce constat, voire l’amplifier.

Un passé jugé suspect, une référence plus ou moins directe à l’homosexualité, une remarque ou une considération, même anodine, provoquant l’ire des autorités de Pékin et largement alimentée par la caisse de résonance offerte par les réseaux sociaux chinois typiques Weibo… Tout est bon pour passer certaines oeuvres au bord du chemin.

Article similaire :  Cameron Diaz sort de sa retraite pour un film Netflix avec Jamie Foxx

“En tant que pays régi par l’État de droit, la Chine réglemente l’industrie cinématographique conformément à ses autorités de réglementation des œuvres cinématographiques” affirmait récemment Liu Pengyu, porte-parole de l’ambassade de Chine à Washington, alors que le sort du docteur Strange dans Le multivers de la folie était encore incertain en Chine.

Un constat qui n’est évidemment pas exclusif au pays ; loin de là. Au Moyen-Orient, les interdictions pleuvent.

Voici 7 exemples.

Dead Pool


Renard du vingtième siècle

Vulgaire? Vérifier! Poubelle ? Vérifier! Ultra violent et décomplexé ? Vérifier! Nudité? Vérifier! C’est un euphémisme de dire que le film Deadpool a logiquement coché toutes les cases de la liste des interdictions sous le coude des censeurs chinois. Et pour faire face aux faits : impossible de couper des bouts de scènes sans démêler tout le film. Au final, le plus simple était de le bannir. Néanmoins, et une fois n’est pas coutume, une version complète a été montrée dans le cadre de la 20e Festival international du film de Shanghaien 2017. Compte tenu de la nature du film, il est suffisamment rare pour être signalé.

Article similaire :  Marina Foïs réprimandée par ses deux fils : « Vous êtes antipathique, prétentieux… »

Spider-Man pas de retour à la maison


CTMG. Tous les droits sont réservés. MARVEL et tous les noms de personnages associés : © & ™ 2021 MARVEL

Selon la newsletter du site PuckActualités, Ce que j’entends, les autorités chinoises ont exigé des changements majeurs pour Spider-Man no Way Home, qui a été un énorme succès au box-office mondial avec plus de 1,8 milliard de dollars de revenus. Et le plus gros succès de tous les temps pour Sony.

Les changements demandés concernaient en réalité la fin du film, lors de l’affrontement entre les trois versions de Spider-Man sur Liberty Island, tentant de renvoyer les super-vilains dans leurs univers respectifs. Cette bataille homérique est presque entièrement située sur l’île, avec une Statue de la Liberté en construction entourée d’échafaudages, qui finit par s’effondrer.

Article similaire :  seul un vrai fan de sagas cultes aura 10/10 à ce quiz

Le différend à Pékin concernait le lieu jugé trop important pour le monument. Les autorités chinoises ont donc demandé à Sony, sans rire, d’effacer complètement la statue. Ce que le studio a refusé de faire. Face à ce refus, la censure chinoise a alors demandé que des coupes plus modestes soient opérées, concernant principalement la Statue de la Liberté, jugée “trop ​​patriotique”.

Si Sony s’est apparemment initialement penché sur la question, le studio a finalement refusé de faire ces coupes là aussi. Une sage décision d’ailleurs, car retirer un tel symbole, si cher aux Américains, aurait certainement provoqué un retour de bâton dont le studio ne voulait pas vraiment.

Article similaire :  Netflix s'oppose à la nouvelle chronologie des médias et veut déjà la renégocier

Les Éternels


studios merveilleux

Signé par la réalisatrice Chloe Zhao, The Eternals a rapporté un peu plus de 400 millions de dollars au box-office mondial. Un succès mitigé pour ces super-héros de l’équipe Marvel. Le film a eu pas mal de hauts et de bas à l’étranger. Alors qu’il devait être présenté en aperçu le 11 novembre 2021 en Arabie saoudite, au Koweït et au Qatar, il a été purement et simplement annulé. Puis le film a été interdit. En cause : l’évocation de la famille du premier super-héros ouvertement gay du MCU, celle de Phastos (Brian Tyree Henry). L’homosexualité étant illégale dans ces pays.

Les Éternels ne sont pas non plus sortis en Chine. Une mesure de rétorsion contre son directeur. Les autorités de Pékin n’ont pas apprécié que l’intéressée lâche dans une interview à propos de son précédent film, Nomadland, que “la Chine est un pays où le mensonge est partout”. Non seulement les médias locaux et les réseaux sociaux chinois ont largement sous-estimé le succès de nomadland malgré ses nombreux Oscars, mais ils ont également torpillé toute possibilité de sortir son nouveau film.

Article similaire :  critique avec un jeu de mots téléphoné

Shang-Chi et la légende des dix anneaux


Marvel Studios 2021. Tous droits réservés.

Comme d’autres productions (Disney), Shang-Chi et la Légende des dix anneaux étaient plus que amplement calibrés pour se produire sur le marché chinois, mettant notamment en vedette l’acteur sino-canadien Simu Liu. La glace. En effet, les autorités de Pékin ont lancé une torpille sur le film de Destin Daniel Cretton et bloqué sa sortie sur le territoire.

Tout a commencé le 11 mai 2021, lorsque la chaîne gouvernementale chinoise CCTV6 a annoncé la date de sortie de tous les films de la phase 4 de l’univers Marvel… sauf ceux de Shang-Chi etÉternels. Shang-Chi et la légende des dix anneaux subi une “mauvais buzz” bien avant sa sortie, de nombreux commentateurs chinois écrivant sur les réseaux sociaux que “le film ne montrera que des stéréotypes” ou qu’il s’agit “d’une tentative insipide de voler de l’argent au public chinois”.

Article similaire :  impossible d'avoir 10/10 à ce quiz sur le film Pixar

D’ailleurs, le reproche le plus récurrent à Shang-Chi est que le personnage a été créé dans les années 70 afin de surfer sur un stéréotype : celui de l’adepte des arts martiaux asiatiques et véhiculant les pires clichés. A cela s’ajoute que dans ces comics, le père du héros n’était autre que Fu Manchu. Ce dernier est aujourd’hui une figure très controversée puisqu’ancrée à l’ère du concept raciste de « Péril Jaune ». Kevin Feige a essayé d’intervenir pour dégager le terrain, mais rien n’y a fait.

Le coup de grâce est venu en septembre 2021. Date limite rapportait qu’une vieille interview de l’acteur Simu Liu venait de refaire surface, dans laquelle il critiquait le régime dans lequel ses parents avaient grandi. Il a déclaré à l’époque que les conditions de vie sous le régime communiste faisaient “mourir de faim” et a qualifié la Chine de “pays du tiers monde”. Pain béni pour les autorités de Pékin pour faire tomber le couperet…

Article similaire :  Décès de Peter Brook, monstre sacré du théâtre et metteur en scène de Sa Majesté des Mouches

Veuve noire


studios merveilleux

Initialement prévu pour une sortie au printemps 2020, Black Widow a subi plusieurs reports en raison de la pandémie de Covid-19. Un effet domino qui s’est logiquement étendu à la Chine, pour voir enfin le film privé sortir en salles en juillet-août 2021.

Une aubaine pour le régime chinois, qui a préféré, dans le cadre de la célébration du 100e anniversaire de la naissance du Parti communiste chinois, faire la part belle aux productions patriotiques rencontrant un succès colossal, et occupant les principaux parcs de cinémas. Les studios américains n’ont donc pas pu pénétrer le marché chinois pendant plusieurs mois ; aucun blockbuster américain de l’été n’ayant pu obtenir du gouvernement le visa permettant sa diffusion dans les salles.

En conséquence, le film de Cate Shortland n’est sorti qu’à Hong Kong, y gagnant un peu plus de 6,6 millions de dollars. Le film n’a donc pas été formellement interdit, mais c’est comme ça : l’astuce pour les autorités chinoises étant de gagner du temps en ne délivrant pas de visa pour la Chine continentale ; condamnant le film à errer indéfiniment dans les limbes…

Article similaire :  pourquoi Steve McQueen a dû supplier Michelle Rodriguez de jouer dans son film

Casse-cou


Renard du 20e siècle

Premier super-héros à avoir dégringolé au box-office en mars 2003, précédant X-Men 2 et Hulk, Daredevil est parti avec un sérieux handicap dès le départ. L’importante communauté de fans du personnage né en 1964 et brillamment revisité par Frank Miller en 1979, a vu comme une hérésie l’attribution à Ben Affleck du rôle-titre de Matt Murdock. Et le nom du réalisateur, le novice Mark Steven Johnson, n’inspirait pas beaucoup plus confiance.

Si le film a atteint le seuil de rentabilité avec un peu plus de 100 millions de dollars de recettes mondiales pour un budget estimé à 78 millions, la carrière du film en salles reste un échec critique, commercial et artistique. On vous encourage tout de même à voir la version Directort’s Cut, intéressante, et corrigeant pas mal de problèmes.

Article similaire :  Ce qu'on apprend sur Diam's dans le documentaire de la nouvelle plateforme BrutX

Reste que le nettoyage dans les rangs de Kingpin (Michael Clarke Duncan) effectué par Ben Affleck n’a pas été apprécié par les autorités malaisiennes, qui ont trouvé le film trop violent, et il a été interdit. Petit plus pour la route : ils n’aimaient pas non plus le mot “Diable” dans le nom du personnage. Que réserve parfois la carrière d’un film en salles…

Doctor Strange dans Le multivers de la folie


Marvel Studios 2022. Tous droits réservés.

Très gros succès au Box Office mondial avec plus de 943 millions de dollars au compteur, Doctor Strange dans Le multivers de la folie s’est pourtant écrasé aux portes de certains pays. Le film de Sam Raimi a en effet été interdit en Arabie Saoudite et dans plusieurs pays arabes (sauf les Emirats Arabes Unis), parce que Marvel Studios a refusé de couper douze secondes de dialogue dans lequel le personnage d’America Chavez (joué par Xochitl Gomez), qui est gay comme dans les comics, parle de ses deux mères.

Article similaire :  Star Wars : comment une réplique ridicule d'Obi-Wan Kenobi est devenue culte grâce aux réseaux sociaux ? - Série d'actualités

Le film a également vu sa sortie en Chine alourdie. Dans la question ? Un détail remarqué sur les premières images dévoilées du film ; et pour le remarquer, il fallait avoir la vue perçante d’un aigle… Un symbole était sur un kiosque à journaux, faisant référence à The Epoch Times. Le nom d’un journal fondé en mai 2000 et ouvertement opposé au PCC.

Pour aggraver les choses : il a été cofondé par un groupe de membres sino-américains du mouvement Falun Gong. Un mouvement spirituel interdit en Chine, voire taxé de “secte perverse” par les autorités de Pékin, dont les membres sont traqués sans pitié depuis des années dans le pays, accusés de menacer la stabilité sociale et politique du pays.

Le patron de Disney, Bob Chapek, était magnifique temporiser et relativiser les difficultés à pénétrer le marché chinois dans un contexte socio-politique plus tendu que jamais, cela reste un nouveau coup dur pour Hollywood qui voit sa lune de miel avec l’Empire du Milieu plus bouleversée que jamais…

Leave a Comment

Close