A Montreuil, Terminator crève littéralement l’écran pour vous faire vivre une expérience cinéma immersive

“Je reviens. Le gimmick Terminator est accueilli par une salve de cris et d’applaudissements. Suivi par 130 paires d’yeux, le T-800 rendu célèbre par Arnold Schwarzenegger sort de la pièce pour tirer sur les policiers qui encerclent les locaux de Cyberdyne Systems. Un départ qui s’effectue par le couloir de l’hôpital psychiatrique de Pescadero. Au bout de celui-ci, sur la gauche, on tombe sur le bar à motards The Corral où le T-800 est arrivé nu comme un ver et les pectoraux bombés. En face, la fonderie où périront les T-1000. Sur 700 m², à Montreuil (Seine-Saint-Denis), Dream Factory a reproduit les décors de Terminateur 2 et offrir avec le spectacle Pas de destin une expérience cinéma immersive (3 heures). “Les spectateurs sont à la fois sur le plateau de tournage et sur scène”, explique Grégoire Nedelcovivi, co-fondateur et directeur créatif de Dream Factory.

Article similaire :  Chris Evans préférerait revenir en tant que Torch que Captain America dans le MCU

Pour les acteurs, se retrouver au milieu de 130 personnes est un exercice de « funambulisme », selon Alexis « Terminator » Driollet. « Nous entendons des gens répéter devant nous ce que nous allons dire. Il faut être très concentré. On perçoit aussi toutes leurs réactions, ils sont collés à nous ». Cette proximité nécessite aussi une part d’improvisation. “Les décors sont plantés mais un acteur peut être empêché de passer, arrive en retard, ça a un côté drôle, avec du suspense”, poursuit l’acteur sculptural. “Les gens sont si proches que vous pouvez tester des choses avec eux”, explique Dorit, qui joue Sarah Connor. “On sent la bienveillance du public”, souligne Alexis Driollet.

Article similaire :  The Midnight Club : Netflix dévoile une bande-annonce et une date de sortie pour la nouvelle série de Mike Flanagan

A chaque spectateur, sa mission

Pour appréhender la présence du public, les 32 acteurs et actrices de Pas de destin (deux pour chaque rôle) ont eu “une semaine de cascades” en plus des répétitions de textes et de déplacements, “pour qu’ils n’aient pas peur du public, d’avoir des gens à 2 cm d’eux et de les inviter à jouer”, énumère Elza Calmat, co-fondateur et directeur de Dream Factory.

Car le public est aussi acteur. Depuis la trappe d’embarquement avant de rejoindre la scène, les résistants confient une mission à chaque spectateur. « Les gens sont proactifs, ils participent à la création, précise Grégoire Nedelcovivi. Chacun aura sa propre expérience. En effet les missions pimentent la soirée, obligent à aller parler aux acteurs, à visiter le plateau mais au final, on ne sait pas trop à quoi elles servent. Inspiré des jeux vidéo Terminator 2 : Le Jugement dernier, ils doivent encore être mieux intégrés dans le scénario. Dream Factory s’appuie sur les commentaires des spectateurs pour améliorer l’expérience nuit après nuit Pas de destin. La société ambitionne de mener à bien ce projet de cinéma immersif jusqu’en avril 2023. « Hasta la vista baby ! », comme dirait Terminator sous les cris et les applaudissements des spectateurs.

Article similaire :  Films et séries à voir sur Disney+ en juillet 2022 : Andrew Garfield dans une série policière, Le Roi Lion version live… - News Séries

“Pas de destin – Terminator 2 : Le Jugement Dernier”. Tour Orion, 5, rue Kléber à Montreuil (métro Croix de Chavaux). Du jeudi au dimanche. Plein tarif : 65 euros, 12-16 ans et étudiant : 50 euros, groupe (à partir de 5 personnes) : 55 euros.

Leave a Comment

Close