Anne-Sophie Lapix (JT 20H) boycottée sur TF1, elle réagit enfin à la polémique !

Au cours du débat de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle 2022, beaucoup auraient aimé voir Anne-Sophie Lapix, responsable du 20H de France 2, autour de la table face à Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Mais la journaliste a été boycottée par les deux camps. Après un élan d’indignation, la principale concernée réagit enfin.

Une absence qui fait parler

Le 20 avril dernier, alors que Anne-Sophie Lapix devait animer le débat d’entre-deux-tours, elle a été hélas absente. Une absence qui a fait beaucoup parler et a même engendré une polémique. Qu’est-ce qui s’est passé ?

Article similaire :  Rappel massif dans toute la France : ne consommez surtout pas ce riz de cette marque

En effet, il s’est avéré que le président Emmanuel Macron avait refusé de voir la présentatrice « arbitrer » ses échanges avec Marine Le Pen. Alors que Anne-Sophie Lapix avait fait l’unanimité contre elle, la candidate du Rassemblement national s’étant également opposée à sa présence, c’est plutôt la décision du mari de Brigitte qui avait suscité la polémique sur la Toile.

« Je ne l’ai pas mal vécue […]. Cette polémique m’a finalement permis d’avoir Emmanuel Macron dans le 20 Heures au lendemain du débat. On essayait de le décrocher depuis le début de l’année sans succès », a avoué Anne-Sophie Lapix dans une interview pour Le Parisien, le samedi 9 juillet 2022.

La réaction de la journaliste

Lors de son interview accordée auprès du journal Le Parisien, la jeune femme en a profité pour éclaircir les choses.

« Je ne l’ai pas mal vécue. Je n’étais pas totalement surprise que Marine Le Pen n’ait pas envie que ce soit moi [la candidate d’extrême droite ne la porte pas dans son cœur depuis des années après une interview qui lui avait causé du tort, ndlr] puisque c’est un moment important pour les candidats. Même si je n’aurais pas eu le même ton en animant un débat que celui que j’ai pour mes interviews », a-t-elle assuré.

La journaliste est bien consciente que son ton déplaît à de nombreux politiciens qui se sentent attaqués et acculés. Mais pour elle, rien de personnel, elle fait juste son travail !

« Je n’ai aucune animosité personnelle envers quiconque. Quand j’interviewe les politiques, c’est sur leurs programmes, promesses, engagements et contradictions. Je cherche où se trouve le problème, le loup, parce que c’est important, intéressant et c’est mon rôle. Après, on peut plus ou moins apprécier mon ton », a-t-elle précisé.

La journaliste a sans doute été un peu vexée sur le moment vu que c’est sa collègue Léa Salamé qui a été choisie, toutefois elle a fini par l’emporter.

Article similaire :  L’horoscope de Rob Brezsny - Semaine du 11 au 17 août 2022

Elle a été soutenue

Il est vrai qu’Anne-Sophie Lapix a mal vécu la situation, mais la jeune femme a néanmoins pu compter sur le soutien de ses confrères. Ces derniers avaient condamné unanimement ce choix, tout comme la grande majorité des Français.

« J’ai été agréablement surprise par la réaction de ceux qui ont dénoncé le fait que les politiques puissent récuser des journalistes », a-t-elle déclaré.

Suffisamment pour lui donner envie de retourner dans l’arène très rapidement !

Anne-Sophie Lapix recevait finalement Emmanuel Macron

Le lendemain du débat entre les deux finalistes de l’élection présidentielle, la journaliste a pu quand même interviewer Emmanuel Macron. Selon les informations de « Libération », le président-candidat a accepté de répondre aux questions de la journaliste du service public. Il a été invité sur le plateau du 20 heures de France 2 jeudi 21 avril 2022.

Article similaire :  Alerte arnaque : ce nouvel SMS sur votre téléphone est un terrible piège, soyez vigilants !

Quoiqu’il en soit, même si Emmanuel Macron a accepté l’interview au lendemain du débat, le choix d’écarter Anne-Sophie Lapix a créé de vives polémiques. Selon l‘entourage des deux candidats, ils n’apprécieraient pas ses questions offensives et son ton « hostile ».

« Marine Le Pen ne souhaite pas qu’Anne-Sophie Lapix anime le débat » a confirmé le président par intérim du RN Jordan Bardella sur CNews. C’était le cas pour Emmanuel Macron.

La Société des journalistes (SDJ) de France 2 avait reproché au président-sortant de « refuser les invitations » de la chaîne. Elle a condamné « toutes les pressions exercées par les candidats portant atteinte à la liberté de la presse ».

« Ce n’est pas aux politiques de choisir les journalistes qui les interrogent », ont-ils dénoncé.

Article similaire :  Horoscope Cancer 2022 : découvrez ce que vous réserve encore cette année !

Leave a Comment

Close