Bob Jungels et Kevin Geniets sur Netflix

Sur ce Tour de France, la société de production américaine suit huit équipes, dont celle des deux coureurs luxembourgeois…

sport

6 min.

Aujourd’hui à 10:09

Tour de France

Joe GEIMER

Sur ce Tour de France, la société de production américaine suit huit équipes, dont celle des deux coureurs luxembourgeois…

Dans le grand cirque ambulant du Tour de France, ils sont quasiment invisibles à l’œil non averti. Ils portent des vêtements d’équipe et veulent se fondre dans le chaos ordonné du spectacle cycliste. Mais si on y prête attention, on s’aperçoit que cette année, quelque chose est différent sur le Tour de France.


Etappensieger Bob Jungels (AG2R-Citroën) - Tour de France 2022 - 9. Etappe Aigle/Châtel Les Portes du Soleil 192,9km - Photo : Serge Waldbillig

Bob Jungels parle dans une interview de sa victoire d’étape sur le Tour de France. Il explique également que son attaque n’était pas vraiment planifiée.


Les équipes de production du fournisseur de streaming Netflix sont en effet sur place – avec plusieurs caméras, micros et perches sonores, les collaborateurs se promènent dans le paddock, où se trouvent les équipes avant et après les étapes – toujours à l’affût du cliché optimal. Ils ont un accès exclusif, y compris les hôtels et les bus. Chaque mot intéressant, chaque image, chaque dispute et chaque drame, les collaborateurs de Quad Box, association des sociétés de production Quad et Box to Box Films, en mission pour le géant Netflix, souhaitent les immortaliser. 70 accréditations leur ont été délivrées lors du 109e Tour de France. L’effort est donc énorme.

La Formule 1 comme modèle

Le grand modèle s’appelle “Drive to Survive”. En Formule 1, la série Netflix a déclenché un boom. Le cyclisme espère connaître un boom similaire grâce à ce documentaire. En huit épisodes de 45 minutes chacun, qui devraient être prêts au printemps prochain, la plus grande course cycliste du monde défilera sur smartphones, tablettes et écrans TV d’une manière inédite.

Je pense que cette série transmet très bien la passion et la fascination du cyclisme.

Ralph Denk (directeur sportif de Bora-hansgrohe)

“Ce serait bien si cela déclenchait une avalanche”, a déclaré Ralph Denk, chef de l’équipe Bora-hansgrohe, à l’agence de presse allemande. « Nous sommes fiers de faire partie des équipes sélectionnées. La Formule 1 a connu une renaissance. Je pense qu’avec cette série, la passion et la fascination du cyclisme peuvent très bien être transmises ».

Les spectateurs auront un aperçu du défi que représente le Tour pour les coureurs, “en termes de souffrance, de dépassement de soi et d’esprit d’équipe”, explique Yann Le Moenner, directeur général de l’organisateur du Tour, ASO (Amaury Sport Organisation) : “Cette projet fait partie de notre plan pour atteindre un public encore plus large avec notre sport ».


Dans le paddock, les employés de Netflix ne se font pas forcément remarquer.

Dans le paddock, les employés de Netflix ne se font pas forcément remarquer.

Photo : Serge Waldbillig

En Formule 1, la série « Drive to Survive » compte désormais quatre saisons. Selon une enquête de Nelson Sports, la série de courses a gagné 73 millions de fans supplémentaires dans le monde en 2021 seulement. Parmi ces nouveaux abonnés, 77% sont dans la tranche d’âge 16-35 ans. Dans 27 pays, la série était le produit le plus regardé sur Netflix.

Geniets et Jungels à l’honneur

Les organisateurs de tournées veulent attirer encore plus de jeunes publics. Et pour cela, le moment est venu. Parce que des types de coureurs comme Wout van Aert et Mathieu van der Poel ont un certain potentiel de fans et sont très populaires auprès des jeunes. Le directeur du Tour, Christian Prudhomme, est enthousiaste : « Je soutiens pleinement ce projet. Si on regarde le nombre de spectateurs du Tour de France, on s’aperçoit que la tranche d’âge des 15-24 ans est la deuxième plus importante. Avec Netflix, nous atteindrons certainement encore plus.

Si le vélo ne devait avoir qu’une partie de l’effet de survie, le projet en aurait déjà valu la peine. En effet, les équipes sont dépendantes de l’image qu’elles projettent et donc de leurs sponsors. Contrairement au football, par exemple, il n’y a pas d’argent pour la télévision. Reste l’argent des sponsors – et dans ce domaine le Tour de France joue un rôle prépondérant.


Les cyclistes professionnels doivent également faire preuve de prudence, car les microphones Netflix écoutent.

Les cyclistes professionnels doivent également faire preuve de prudence, car les microphones Netflix écoutent.

Photo : Serge Waldbillig

Groupama-FDJ fait partie des huit équipes au total qui seront suivies par les équipes de tournage lors du Tour de France en cours. Le Luxembourgeois Kevin Geniets aura donc un rôle à jouer dans la série. Ag2r-Citroën fait également partie des équipes dont les équipes de tournage pourront découvrir en exclusivité les coulisses. Les passionnés de cyclisme luxembourgeois peuvent donc se réjouir des images qui suivront la victoire d’étape de Bob Jungels.

Je serais heureux de devenir une célébrité Netflix.

Rigoberto Uran

Outre les équipes déjà citées, des tournages auront également lieu chez Alpecin-Deceuninck, Ineos Grenadiers, Jumbo-Visma, EF Education-EasyPost et QuickStep-AlphaVinyl. Et ça vaut le coup pour les équipes : elles devraient toucher 50 000 euros chacune. L’organisateur de la tournée ASO semble même avoir empoché un montant à sept chiffres de Netflix.

Les coureurs apprécient surtout le projet. “Je serais heureux de devenir une célébrité de Netflix”, a déclaré le Colombien Rigoberto Uran. « Il faut vivre avec son temps. En tout cas, je suis très actif sur les réseaux sociaux. Si la série me permet d’avoir plus de followers et peut-être que de nouveaux sponsors s’intéressent à moi, ça ne peut être qu’une bonne chose ».

Les voix critiques aussi

Pour que cela réussisse, les coureurs doivent être aussi authentiques que possible. Le tournage a déjà commencé depuis mars, donc aussi pendant les préparatifs du Tour. Durant les premiers jours du Tour, on a pu observer comment les amies et épouses des coureurs étaient également câblées dans la zone de départ ou d’arrivée. Il n’était pas rare d’entendre des cyclistes professionnels et des chefs d’équipe : « Faites attention, les micros Netflix sont à l’écoute ».

Des voix critiques se sont également élevées contre la fusillade. Pour certains, l’accès des équipes va trop loin, ils se sentent perturbés dans leur travail. « Ils essaient d’être discrets et de faire des efforts, je dois l’admettre. Mais ils ne connaissent pas du tout les us et coutumes du cyclisme. Moi, ça m’énerve. J’ai l’impression de devoir faire semblant », explique un directeur sportif qui ne souhaite pas être nommé.


Kevin Geniets (Groupama-FDJ) - Tour de France 2022 - 4. Étape Dunkerque/Calais 171,5km - Photo : Serge Waldbillig

Le cycliste professionnel luxembourgeois est un élément important du collectif Groupama-FDJ.


En Formule 1, tous les pilotes ne sont pas fans de la série. Ainsi, le champion du monde Max Verstappen a récemment refusé de collaborer. Selon le Néerlandais, la série sort les choses de leur contexte pour les rendre plus dramatiques ou même inventer des choses. En cyclisme, un grand nom a également refusé de participer : l’équipe des Emirats du double vainqueur du classement général Tadej Pogacar a décidé de ne pas coopérer. La situation pourrait être très différente l’année prochaine. Si le boom espéré se produit réellement.

Cet article est paru pour la première fois sur wort.lu/fr

Suis nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le double champion du monde de cyclisme Peter Sagan a espéré mardi que sa nouvelle équipe lancerait une “révolution dans le cyclisme”, espérant triompher en 2017 dans les classiques et le Tour de France.

Article similaire :  cette série française de Netflix surprend les abonnés

Leave a Comment

Close