Françoise Hardy, couverte de “honte”, la chanteuse s’exprime, prête à quitter la France ?

Françoise Hardy a fait son entrée dans le Top 50 JDD des personnalités préférées des français. Suite à cela, elle a accepté de donner une interview ce dimanche 3 juillet, durant laquelle elle se livre sur de nombreux sujets. Sa maladie, ses envies, ses hontes… Elle dévoile tout dans les colonnes du JDD. 

Françoise Hardy et sa France 

La chanteuse, préférée des français 

Françoise Hardy a fait son entrée dans le Top 50 JDD des personnalités préférées des français. Elle est très appréciée par eux, et cela la flatte énormément. La célèbre chanteuse le déclare dans les colonnes du JDD, elle est très touchée d’être autant appréciée par ses compatriotes. Avec sa célèbre musique elle appartient même au patrimoine musical de la France. Elle est donc très aimée et appréciée de son pays. Mais elle ne lui rend pas la pareil, cette fois-ci. En effet, la chanteuse déclare avoir honte d’être française. Cette honte provient des dernières élections présidentielles ainsi que les législatives. Elle est outrée que tant de personnes de son propre pays puissent être ainsi. 

Article similaire :  Les belles personnalités de ces signes de l'horoscope sont à prendre comme modèle cette année !

La chanteuse couverte de honte

Françoise Hardy, déclare cash “ Je suis atterrée qu’il y ait autant d’extrémistes dans mon pays, autant de gens ignorants de ses réalités économiques et j’ai honte d’être française. Tous les pays européens ont reculé l’âge de la retraite à 65-67 ans alors qu’ils n’ont pas comme en France la dépense publique la plus élevée du monde !”. La femme de Jacques Dutronc, bien qu’ils soient séparés, n’a pour le moins jamais envisagé une seule seconde de quitter son pays. Elle aime bien trop la France pour cela et le dit. “Je n’ai jamais eu envie d’aller ailleurs. Sous une forme ou une autre, le cauchemar est partout.”. La chanteuse est bien consciente que l’herbe n’est pas plus verte ailleurs, et qu’elle ne retrouvera jamais un amour pareil que celui de son pays. Bien qu’elle soit mécontente à cause de nombreux sujets en France elle y restera jusqu’à la fin. Elle a notamment fait part de ses inquiétudes vis-à-vis du féminisme. Elle soutient tout à fait le mouvement et en fait partie, mais elle trouve que certaines en font trop.

Article similaire :  Rappel produit : ces chips tortillas ne doivent surtout pas être consommés, les supermarchés concernés
Françoise Hardy
Source : Getty Images

 

Françoise Hardy vit un cauchemar

Durant l’interview, Françoise Hardy parle aussi ouvertement d’un sujet majeur de sa vie, la maladie. Celle-ci rythme sa vie depuis ses 45 ans et devient de plus en plus dure à supporter. Alors qu’elle a tout d’abord dû se battre contre un cancer du système lymphatique, qui fut une épreuve très dure pour elle et sa famille, elle a réussi à le vaincre. Et pourtant quelques temps plus tard elle a développé un cancer du pharynx. Ce dernier est plus coriace et la chanteuse commence à fatiguer de tout cela. Ses conditions de vie se sont largement dégradées. Elle déclare vivre un vrai enfer. Cela fait déjà trois années qu’elle vit confinée. “Depuis mes 45 radiothérapies, l’absence définitive de salive et le manque d’irrigation du crâne et de toute la zone ORL ont rendu ma vie cauchemardesque. Je passe au moins cinq heures par jour à m’alimenter et suis toujours menacée d’hémorragies nasales à cause de mes narines trop sèches et obstruées malgré l’huile dont je les tapisse plusieurs fois par jour. Une récente hémorragie a encore plus desséché mon arrière-gorge, ce qui me vaut des crises de toux et d’étouffement”. 

Ses idées sur la mort 

Françoise Hardy lutte pour que l’euthanasie soit possible en France. Bien qu’elle aime le moindre moment passé avec ses proches comme son mari Jacques Dutronc ou bien son fils Thomas, dont elle est très fière, elle fatigue. Elle aurait aimé que la France autorise l’euthanasie, pour enfin arrêter de souffrir. Elle déclare sur ce sujet que “Je pense depuis longtemps que la mort n’est que celle du corps qui appartient au monde matériel mais pas de l’esprit (de l’âme) que la mort physique libère et qui est d’une autre essence. Celle ne m’empêche pas d’avoir peur de mourir”. 

Article similaire :  un intérieur solaire qui en impose

Leave a Comment

Close