Jill, Claire et Lady Dimitrescu bientôt dans la série ? Actualités @JVL

La série Resident Evil de Netflix fait beaucoup de bruit et son showrunner principal a déjà des plans pour d’éventuelles prochaines saisons.

Lors d’une interview, Andrew Dabb a déjà avoué s’imaginer ramener des personnages emblématiques de la licence.

De Resident Evil à Resident Evil Village

En donnant vie à sa série sur deux timelines, Andrew Dabb a ouvert la porte à toutes les folies et il en est bien conscient. Il avait déjà affirmé que “tous les jeux de la licence servent de toile de fond à son univers” et si saison 2 (et plus) il y a, il faudra s’attendre à croiser d’autres visages familiers.

Une question se pose, comment les gens changent-ils ? Il y a des personnages que nous n’avons pas vus depuis un bon moment [dans les jeux]: Jill Valentine et Claire Redfield en sont des exemples. Comment ces personnages réagissent-ils aujourd’hui à tout ce qui se passe [dans la série]?

Une question tout aussi intéressante, sinon plus intéressante, est de savoir ce qui se passera 14 ans, 15 ans, 16 ans dans le futur après l’apocalypse qu’ils essayaient d’empêcher. Ces héros ont passé leur vie à combattre ces épidémies. Que se passe-t-il lorsque vous perdez ? À quoi cela ressemble-t-il?

Il se pourrait donc qu’on finisse par voir Claire Redfield, Jill Valentine ou pourquoi pas Leon et Chris dans les prochaines saisons (toujours pas assuré). Pour l’instant, Resident Evil de Netflix ne se contente que de Wesker et de son entourage, même s’il réserve une surprise à sa toute fin.

Article similaire :  Meghan Markle et Harry stars de Netflix : cette décision qui va faire parler...

Mais les héros ne sont pas les seuls à lorgner Andrew Dabb qui se voit déjà ramener ennemis et monstres de la licence. C’est déjà le cas des lickers et des araignées notamment, mais Dabb aimerait aller encore plus loin. Il faut dire qu’il a l’embarras du choix puisque les virus et les monstres sont extrêmement variés dans les jeux vidéo.

Pendant la série, je veux tout apporter. Livré à moi-même, je veux Lady Dimitrescu, je veux le monstre végétal, je veux tout. Je veux tout, mais sagement [et] de manière responsable.

De belles paroles qui ne peuvent se réaliser que si Netflix décide de prolonger pour une nouvelle saison, ce qui n’est pas encore sûr d’autant plus que la série est détruite sur le net. De notre côté, s’il n’est pas parfait, nous l’avons plutôt aimé d’autant qu’il a un vrai potentiel et se révèle être une relecture fidèle de la licence dont il s’inspire.

Article similaire :  Découplé sur Netflix : Parlons de rupture

Leave a Comment

Close