« Kleo » sur Netflix : petits meurtres en RDA

« La Taupe » sauce « Au revoir Lénine », ça vous parle ? Disponible sur Netflix, la série allemande “Kleo” se déroule au crépuscule de la RDA (République démocratique allemande, Allemagne de l’Est) : entre la chute du mur de Berlin et la réunification des deux Allemagnes. Kleo est une jeune espionne venue de l’Est, surentraînée par le régime communiste pour en faire une machine à tuer.

Dans le premier épisode, elle réalise avec brio une “mission” (comprenez : “enlever une cible et maquiller son assassinat en overdose”), puis tout s’effondre. Kleo est accusé de trahison. Emprisonnée, elle n’en sortira que trois ans plus tard : en 1990, juste après la chute du Mur. Commence alors la traque de ses supérieurs. Il ne s’agit pas à proprement parler de vengeance : la jeune femme cherche avant tout des réponses.

Article similaire :  bande-annonce et date de sortie dévoilées

Jella Haase, l’interprète de Kleo, passe avec aisance du rictus aux larmes

Elle attaque les hommes qui ont réussi à la faire tomber. Selon eux, personne n’est coupable. Il y a toujours un sponsor, un échelon supérieur qui aurait pris la décision unilatérale de mettre Kleo hors jeu. Quelque part dans cette chaîne de commandement, il y a d’ailleurs son grand-père… Et un secret d’Etat autour de cette fameuse mission de la jeune femme trois en plus tôt.

Article similaire :  Les 10 films les plus regardés sur Netflix du 20 au 26 juin 2022

Un rôle ambigu : malgré la trahison de ses supérieurs, Kléo ne renonce ni au socialisme ni à la RDA. Elle les blâme, plutôt que le système qui a fait d’elle une tueuse surentraînée pendant son adolescence. Jella Haase, l’interprète du protagoniste, passe avec aisance du rictus aux larmes – et aux coups de pied au visage -, avec un petit côté Jodie Comer dans la série d’espionnage britannique “Killing Eve”.

Les cibles se succèdent, on pardonne volontiers que la police ne semble pas apercevoir la traînée de corps inanimés que Kleo laisse derrière elle. Ou les quelques scripts faciles qui font se rencontrer deux personnages dans un ballet parfait, ou le bon dossier du bon tiroir au bon moment, typique du genre.

Article similaire :  le nombre de joueurs explose sur Steam grâce à la série Netflix

La série n’oublie pas de rire

On regarde “Kleo” pour ses séquences d’action frénétiques, mais surtout pour son ambiance. Une ambiance où quelques mots suffisent pour comprendre ce qui se trame dans la tête des Allemands. Nous, spectateurs du XXIe siècle, savons que la réunification annoncée dans le film ne s’est pas fait attendre, mais pour un socialiste est-allemand convaincu, imaginer que la RDA puisse échouer reste tout simplement impossible.

Le tout dans un décor saturé des couleurs criardes du début des années 1990 à Berlin, et des restes esthétiques de l’Est, habité par des personnages aux styles… ambitieux. La série n’en oublie pas d’en rire : des coupes de cheveux ringardes comme celle d’un ancien de la Stasi à bretelles à la manière de Sven, un policier de l’Ouest en chemises fleuries qui n’a besoin que de la moustache pour figurer au casting de “Magnum”.

Article similaire :  Sex Education : cette bonne nouvelle pour les fans de la série Netflix !

Entre deux explosions de violence stylisée, ce qui compte dans “Kleo” c’est d’ailleurs le duo qui s’instaure entre la jeune fille et ce Sven. Un concours de circonstances entre deux Allemagnes réunies, radicalement différentes mais qui apprennent à s’apprivoiser.

Note de l’éditeur:

Cléo », série d’espionnage de Hanno Hackfort et Richard Kropf (2022) Avec Jella Haase et Dimitrij Schaad (8 épisodes d’une quarantaine de minutes). Sur Netflix

Leave a Comment

Close