La publicité, la prochaine mine d’or de Netflix

Les choses commencent à se préciser sur la stratégie publicitaire de Netflix. Selon Bloomberg, Netflix prévoit de commercialiser 4 minutes de publicité par heure, privilégiant le pre-roll et le mid-roll pour un prix qui serait compris entre 7 et 9 dollars aux Etats-Unis. Pour rappel, Netflix propose actuellement trois tarifs sur le marché américain : 9,99 dollars pour le forfait « de base » ; 15,49 $ pour le forfait “standard” et 19,99 $ pour le forfait “premium”. A 8 dollars, l’offre avec publicité reviendrait donc à la moitié du prix du forfait le plus populaire, actuellement commercialisé à 15,49 dollars. Toujours selon Bloomberg, Netflix prévoit d’introduire son offre AVOD au cours du dernier trimestre de l’année sur au moins une demi-douzaine de marchés ; le déploiement complet devrait attendre début 2023.

Tenant compte de ces éléments, la firme britannique Ampere Analysis a donc mené un exercice de prévision qui estime que la firme de Los Gatos pourrait réaliser 8,5 milliards de dollars de revenus avec sa nouvelle offre incluant la publicité. Ces 8,5 milliards se répartissent entre 5,5 milliards de recettes publicitaires pures et 3 milliards de recettes issues des abonnements à l’offre AVOD. Selon l’analyse d’Ampère : « Avec ce lancement, Netflix gagnera 2,2 milliards de dollars de plus d’ici 2027 qu’avec un modèle purement basé sur l’abonnement, en raison d’une augmentation de l’ARPU combinée à une augmentation modeste du nombre total d’abonnés. » Au final, Ampère estime que le nombre total de clients sera supérieur de 3,2 % à celui sans publicité.

Aux États-Unis et au Canada, les revenus publicitaires sont estimés à 2,1 milliards de dollars en 2027 et les revenus d’abonnement de la nouvelle offre à 1,1 milliard de dollars, pour un total de 3,2 milliards de dollars. En Europe de l’Ouest, les revenus publicitaires sont estimés à près de 2 milliards de dollars, plus qu’aux seuls États-Unis, et les revenus des abonnements AVOD à 841 millions de dollars, pour un total de 2,8 milliards de dollars. de dollars.

Article similaire :  Netflix : "The Gladbeck Hostage", un documentaire surréaliste et captivant

Ampere estime qu’en Europe, Netflix connaîtra une augmentation du revenu moyen par utilisateur (ARPU) suite au lancement du volet publicitaire. Plus précisément, la firme prévoit qu’en 2023, le revenu moyen par utilisateur sera supérieur de 4,9 % à ce qu’il serait sans ce composant, et qu’il augmentera de 8,6 % en 2027. Selon le rapport d’Ampère, 19,3 % des utilisateurs européens de Netflix souscriront à AVOD d’ici 2027, la plupart d’entre eux étant issus de la clientèle existante, ce qui contribuera à stabiliser cette région saturée . Ampere estime la croissance des abonnés AVOD en Europe occidentale à 1,8 % par rapport à un modèle d’abonnement uniquement. Une augmentation relativement importante de la valeur des clients bénéficiant de la publicité entraînera un gain de revenus global.

Article similaire :  Stranger Things : voici les 2 acteurs qui ont touché le plus gros salaire de 350 000 dollars pour la série Netflix qui bat tous les records

Dans ces conditions, on peut considérer que la pression sur les chaînes de télévision européennes sera encore plus forte, avec une concurrence frontale sur le marché publicitaire qui pourrait causer de lourds dégâts. En France par exemple, avec un marché publicitaire TV qui ne dépasse pas les 3,5 milliards d’euros, le risque de voir une partie de ces revenus captés par Netflix et Disney+ se précise. Un argument que les chaînes françaises ne manquent pas d’utiliser pour alerter les pouvoirs publics et justifier leurs investissements dans les services FAST et AVOD, également prometteurs en termes de recettes publicitaires.

Article similaire :  ce thriller insensé de Netflix qui choque les internautes

Leave a Comment

Close