Le surfeur Vincent Duvignac coache Netflix dans “Liaisons dangereuses”

Une relation adolescente triangulaire où l’amour et la trahison ouvrent la voie à travers les réseaux sociaux. Bienvenue dans “Liaisons dangereuses” version 2022 de Netflix. Le réglage? Biarritz, ses villas, ses beaux gosses et l’océan. Dans le film d’après le roman de Pierre Choderlos de Laclos, Tristan, alias le vicomte de Valmont…

Une relation adolescente triangulaire où l’amour et la trahison ouvrent la voie à travers les réseaux sociaux. Bienvenue dans “Liaisons dangereuses” version 2022 de Netflix. La déco ? Biarritz, ses villas, ses beaux gosses et l’océan. Dans le film d’après le roman de Pierre Choderlos de Laclos, Tristan, alias le vicomte de Valmont, parie sur le démenti de la jeune Célène interprétée par l’influenceuse Paola Locatelli. Derrière, Vanessa qui n’est autre que la marquise de Merteuil tire les ficelles.

Article similaire :  Stranger Things : non, les créateurs n'ont pas modifié les précédentes saisons de la série Netflix - News Séries

Simon Rérolle est Tristan, un surfeur reconnu sur la plage de Biarritz. De beaux gestes techniques, une bonne position de rame, une bonne prise de vague à l’écran… Dans les coulisses, Vincent Duvignac des Landes, conseiller surf sur le tournage. Lui-même est monté sur le plateau devant la caméra.

Optimiser les prises de vues


Vincent Duvignac sur la plage Lespecier à Mimizan.

Christophe R.

« La doublure a été la partie la plus amusante car j’étais seul avec le caméraman aquatique Vincent Kardasik. Ce n’était pas facile car il fallait respecter certaines contraintes comme le coucher du soleil ou l’absence de bordure. Nous avons fait cinq sessions dans différentes vagues. explique Vincent Duvignac.

Dans cette production Netflix, tournée en mars 2021, les Landais ont également coaché ​​des comédiens et caméramans. « J’ai participé à toutes les scènes de l’océan : accompagner le caméraman aquatique, les comédiens, conseiller la réalisation, rétablir quelques vérités… Les gens qui viennent de Paris pensent que le surfeur est toujours debout sur sa planche. C’est le cas 10% de son temps ! sourit celui qui a appris à surfer avec ses parents à Mimizan dès son plus jeune âge.

Vincent Duvignac a préparé les scènes aquatiques avec une GoPro


Vincent Duvignac a préparé les scènes aquatiques avec une GoPro

Laurent Hollow Chaser

Rendre les personnages crédibles

Sur le plateau, Vincent Duvignac a dû optimiser chaque sortie. “L’océan n’est pas une piscine à vagues. Cela varie beaucoup. De plus, amener une grande caméra de cinéma à la plage avec l’optique n’est pas facile ! »

Dernière mission pour le conseiller : s’assurer que les personnages sont crédibles. Il donne ainsi quelques cours de surf à Simon Rérolle et Paola Locatelli, les deux rôles principaux. « Le but était de les plonger dans l’univers du surf et de leur redonner confiance dans l’eau, de les amener à adopter la bonne posture même si parfois je leur donnais un petit coup de pouce, caché avec des palmes derrière la planche. » se souvient le surfeur En tout, la mission « bourrée d’adrénaline » a duré deux mois, deux ou trois jours par semaine.

Ce n’est pas la première expérience de tournage de Vincent Duvignac. En plus de celui qu’il a réalisé pour sa marque Rip Curl et Citroën, il a tenu le rôle de conseiller surf sur le plateau de la série de France 2 “La Dernière Vague” tournée dans la région en 2019.

Désormais, l’ancien champion du monde par équipe, double champion d’Europe et champion de France alterne entre représentation de ses marques (1), conseil en image et cours de surf. Il quitte Mimizan pour se rapprocher de la côte sud mais reste fidèle à Lespecier chaque été où il enseigne sa passion avec son frère Thomas.

(1) Rip Curl, Zeus, Moken, Maa Bike et Rob Vaughan

Leave a Comment

Close