Netflix attaque une comédie musicale

Présenté comme l’Unofficial Bridgerton Musical, ce spectacle ne ment pas sur la marchandise : Abigail Barlow et Emily Bear, à l’origine du projet, n’avaient à l’origine aucune visée industrielle. Leurs chansons, diffusées à l’origine sur les réseaux, puis commercialisées sur iTunes ont connu le succès. Par la suite, un Grammy leur a été décerné, au titre de meilleur album Meilleur album de théâtre musical cette année.

Pendant toute cette période, n’allez pas croire que Netflix a ignoré les deux TikTokeuses, stars du réseau. D’abord amusée et conquise, l’entreprise a ensuite communiqué à plusieurs reprises ses réserves et objections à l’équipe. Mais rien de légal pour l’instant. D’ailleurs, la romancière Julia Quinn, à l’origine des oeuvres, n’avait elle aussi montré aucune réticence à voir des fans s’emparer de son univers.

Article similaire :  Netflix essaie toujours de comprendre comment facturer le partage de mot de passe

Touches Suite aux gribsi !

Laissons l’économie se développer dans l’industrie culturelle, d’accord, mais dans une certaine limite. Cependant, vint la goutte d’eau qui mit le feu au lac : au Kennedy Center de Washington, une représentation retransmise en direct eut lieu le 26 juillet. Prix des billets : 150 $, et 2 442 places vendues dans la salle principale du Concert Hall.

Trop c’est trop. Surtout quand l’argent ne va pas dans les bonnes poches. “Netflix encourage la création d’œuvres dérivées par les fans, mais Barlow et Bear ont dépassé les limites : ils ont cherché à générer des flux de revenus sans autorisation formelle d’utiliser Bridgerton, une marque déposée.», note un communiqué.

Article similaire :  Netflix : le tout nouveau film "The Grey Man" divise les internautes !

Nous avons essayé de travailler ensemble, mais ils ont refusé de coopérer. Les créateurs, les acteurs, les scénaristes et toute l’équipe ont mis tout leur cœur dans la série, et nous prenons des mesures pour faire respecter leurs droits.En d’autres termes : s’adresser au tribunal de district de Washington, pour constater et sanctionner la violation de la propriété intellectuelle.

DOSSIER – La chronique de Bridgerton : la revanche de la romance

Shonda Rhimes, réalisatrice des épisodes, intervient : au départ, l’engouement et l’engouement autour de sa série faisaient plaisir à voir. Issus des réseaux, Barlow et Bear ont poussé encore plus loin la création audiovisuelle avec cette adaptation. Avant d’en faire une source de revenus pour leur stricte destination.

Article similaire :  comment un simple détail a préfiguré la mort de ce personnage clé

Julia Quinn reste la propriétaire de cette création, et le travail acharné de nombreuses personnes lui a donné vie sur les écrans», ajoute le réalisateur. Netflix ne peut donc pas rester les bras croisés en laissant ses investissements être exploités de cette manière.

Entre professionnels, peut-on se comprendre ?

Dans leur plainte, les avocats soulignent que les TikTokers ont refusé de négocier l’achat d’une licence – une garantie légale leur accordant les droits d’exploitation nécessaires et légaux. “Entre composer pour TikTok et enregistrer puis produire des concerts à des fins commerciales, la différence existe», intervient à son tour Julia Quinn.

Article similaire :  Alice in Borderland saison 2 : Les dernières infos sur le retour de la série Netflix avec les confessions d'Arisu !

De “flatté et ravi», en découvrant les premières créations des deux femmes, elle dénonce désormais le pillage dont elle est victime. “J’espère que'[elles] comprendre ma position professionnelle sur la nécessité de protéger la propriété intellectuelle des autres créateurs – cela inclut les personnages et les histoires que j’ai conçus pour les romans de Bridgerton il y a plus de vingt ans.»

Si aucun chiffre n’est rendu public, on sait que l’album, sorti en septembre 2021, aura été streamé plus de 45 millions de fois depuis iTunes.

Article similaire :  Arcane : 6 ans de travail, 100 spécialistes français de l'animation... comment est née la série Netflix ? - Série d'actualités

En France, les éditions J’ai Lu revendiquaient plus de 200 000 exemplaires vendus de tous les volumes, en juin 2021 – dont 10 % vendus en numérique (les traductions ont été assurées par Cécile Desthuilliers et Edwige Hennebelle). Si l’on mettait bout à bout les différentes éditions, parues depuis 2010, on approcherait le million d’exemplaires, selon notre partenaire Edistat (hors livres numériques).

Après un succès tout aussi retentissant de la saison 2, diffusée le 25 mars dernier, les acteurs se sont engagés pour une troisième aventure. De quoi donner encore plus envie de décrocher le jackpot.

via Variété, The Verge

Leave a Comment

Close