Netflix s’oppose à la nouvelle chronologie des médias et veut déjà la renégocier

Netflix s'oppose à la nouvelle chronologie des médias et veut déjà la renégocier

A peine revisitée, l’exception culturelle française pour la distribution des films après leur sortie en salles est déjà critiquée par deux acteurs majeurs.

Après Disney, Netflix se lance. Alors que la chronologie des médias a été entièrement revue en 2022, réduisant drastiquement le temps nécessaire aux plateformes de SVOD avant la diffusion d’un film sorti en salles sur leurs services, Netflix considère que le modèle appliqué n’est toujours pas adapté.

Pour Damien Bernet, directeur du développement de Netflix France, l’accord conclu »ne peut pas tenir. [Il] ne correspond pas à l’usage. Le public a besoin d’avoir le contenu rapidement.” Pour rappel, suite à ce nouvel accord, Canal+ n’a plus à attendre plus de 6 mois avant la diffusion d’un film, Netflix 15 mois et Disney+ et consorts doivent pour leur part attendre 17 mois, avec une durée d’exploitation réduite initialement pour permettre, 22 mois après la diffusion du métrage, les chaînes gratuites en bénéficient en exclusivité, avant de récupérer définitivement les programmes au bout de 36 mois.

Article similaire :  Mad Max Furiosa : Les premières images du tournage du prequel dévoilées !

Pour Netflix, mettez le contenu “sur une étagère ou au frigo pendant 15 mois n’a plus aucun sens aujourd’hui. Et cela n’aide pas les films. Tout ce qu’il génère, c’est du piratage“. Damien Bernet rappelle que «dans le monde, la fenêtre de sortie des films sur les plateformes est généralement fixée à 45 jours“. La firme Reed Hastings annonce qu’elle est prête à «mettre beaucoup plus d’argent dans la production d’un film français si on pouvait alors avoir une fenêtre plus cohérente avec la demande de nos abonnés», arguant d’autant plus que la sortie en salles n’est pas le but de la société.

Article similaire :  Tom Cruise se cache dans ce film et vous ne le saviez pas ! - L'actualité du cinéma

De nouvelles négociations demandées dès la rentrée

Lors de la signature de ce tout nouvel accord en janvier dernier, le ministre de la Culture de l’époque avait prévu une clause à revoir chaque année après la signature. Or, pour Netflix, il y a urgence et «il faudra renégocier dès septembre“. Disney+ avait de son côté également critiqué ce nouvel accord, poursuivant sa logique de diffusion de certains de ses films, sortis en salles dans de nombreux pays, uniquement sur son service SVOD en France. Deux acteurs majeurs semblent donc s’accorder sur le rejet de la chronologie médiatique.

Article similaire :  "Salam", le documentaire sur Diam's, réalise 90 000 entrées en deux jours

Pourtant, un acteur pourrait au contraire venir défendre ce modèle chèrement acquis : Canal+. Le premier financeur du cinéma français s’est en effet longtemps battu pour obtenir un accord satisfaisant avec le secteur et pourrait voir d’un mauvais œil la réduction de la fenêtre de diffusion des plateformes de SVOD.

Source : Le Figaro

Leave a Comment

Close