Pour concurrencer Disney+, Netflix veut son propre Star Wars

Netflix veut retrouver sa licence iconique, qui lui permettra de concurrencer Disney+ et HBO.

Netflix a largement bouleversé le panorama audiovisuel. Son modèle de distribution en a inspiré bien d’autres, les géants du 7e art se lancent à leur tour dans la SVOD. Mais alors que sa position de leader est remise en cause, c’est désormais à la firme de Reed Hastings d’apprendre de ses concurrents.

Pour s’implanter durablement dans les salons de ses abonnés, la plateforme cherche sa licence phare. Qu’il s’agisse Choses étranges a toutes les qualités pour décrocher le titre, le N rouge cherche un autre mastodonte à explorer à travers plusieurs productions dérivées. Lors d’un entretien pour Reuters, a déclaré le vice-président de la société, Matthew Thunell.

“Nous voulons avoir notre version de Star Wars, notre version de Harry Potter, et nous travaillons très dur pour construire cela.” Celui qui est à l’origine de la création de la série Netflix est pourtant conscient que tout cela prend du temps. “Mais ça ne se fait pas du jour au lendemain.”

Les dérivés et une manne financière importante

Outre la dimension très iconique des licences Guerres des étoiles et Harry Potter, Netflix est sans doute aussi très intéressé par les retombées financières de telles productions. Les deux franchises sont de véritables machines à dérivés, et font le bonheur de Lucasfilm pour l’une et de Warner Bros pour l’autre.

Article similaire :  ADN, Crunchyroll, Netflix : les animes à ne pas manquer en août 2022

Netflix a également commencé à travailler sur cette question. La plateforme a fêté la sortie de la saison 4 de Choses étranges avec des pizzas surgelées Surfer Boy aux États-Unis et une boule magique vendue par Hasbro chez Wallmart.

A Paris, une boutique aux couleurs de la série a également été ouverte. Les visiteurs peuvent trouver plein de vêtements estampillés Hellfire Club ou Hawkins High School. Pour La Chronique de Bridgertonune collection en partenariat avec Stradivarius a également été développée.

Article similaire :  Locke et Key, saison 3 : première fois sur Netflix

Qu’en est-il des films ?

Netflix ce n’est pas que des séries, la plateforme produit aussi des films et compte plusieurs succès du genre à son actif. Commencé avec Enola Holmes qui raconte l’histoire de la petite soeur de Sherlock Holmes. Une deuxième partie est en route, et le public semble déjà conquis. Cependant, nous sommes encore loin de l’impact qu’ont eu les sagas Harry Potter et Guerres des étoiles sur la culture pop.

Même les très populaires À couteaux tirés, dont la suite sera diffusée en exclusivité sur Netflix, n’a pas la même aura. Ce vendredi, le film L’homme gris doit atterrir sur nos écrans. Lors d’une interview, le co-réalisateur Anthony Russo a confié qu’il imaginait tout développer dans un univers autour du film porté par Ryan Gosling et Chris Evans.

“Nous avons sans aucun doute imaginé et créé cette narration de telle manière qu’elle se perpétue sous d’autres formes.”

Cette stratégie suffira-t-elle à sécuriser la position de Netflix dans le secteur de la SVOD ? Pas sûr selon Julia Alexander, directrice de la stratégie chez Parrot Analytics. Elle explique : « Avons-nous la même confiance dans la machine Netflix que dans la machine Disney ? Non. Mais c’est en partie parce que Disney a passé les dernières années à découvrir à quoi ressemble cette machine. Malgré la domination de Netflix dans l’espace de streaming, ils sont relativement nouveaux dans la construction de ces types de mondes.

Netflix est en tout cas à un tournant, la firme doit choisir sa voie pour assurer ses arrières. On imagine que dans les coulisses, c’est le remue-ménage pour décrocher le jackpot. Plusieurs séries en production ont un certain potentiel. On citera par exemple Marchand de sable qui devrait débarquer en août prochain sur Netflix.

Article similaire :  La star d'Arrow (Netflix) dévoile pour la première fois des photos de son nouveau-né

Le N rouge collabore également avec Tim Burton pour le développement d’une série inspirée de la famille Addams. La plateforme diffusera une production centrée sur mercredi, ce qui, il faut l’avouer, est plutôt intrigant. Après des années d’errance créative, le réalisateur signera-t-il son retour en fanfare ? Nous ne pouvons que l’espérer.

Qui sait, une de ses productions donnera peut-être naissance à plusieurs parcs à thèmes et autres musées que nous découvrirons avec joie, comme nous avons pu découvrir les studios Harry Potter à Londres. La vidéo est disponible ci-dessus.

Article similaire :  l'arrivée de la publicité pour compenser la perte d'abonnés ?

Leave a Comment

Close