Pourquoi Netflix parie de plus en plus sur l’anime ?

Au cours des dernières années, les anime ont connu une popularité croissante. Pourtant, jusqu’à récemment, ces séries animées originaires du Japon étaient considérées comme un intérêt de niche. Aujourd’hui, le vent semble avoir tourné puisqu’ils sont plus appréciés que jamais. Netflix l’a bien compris et compte bien profiter de ce regain de popularité pour l’anime.

Popularité au top

Alors que l’anime est apparu au Japon il y a plusieurs décennies, il a fallu des années à l’animation japonaise pour conquérir le cœur des Occidentaux. A part quelques licences comme pokémon, Olivier et TomYu Gi Oh!, l’anime était réservé aux “geeks”. Mais pas forcément dans le bon sens. Donc, il fut un temps où les fans d’anime étaient considérés comme bizarres ou à part. Bref, hors norme.

Article similaire :  Netflix au coeur du Tour de France

Heureusement, les choses ont évolué depuis ! Tout d’abord, les spectateurs ont réalisé que les animes n’étaient pas forcément destinés aux enfants. C’est un premier pas en avant. Puis, pendant longtemps, on a associé l’anime (et le manga) à un genre bien précis : celui du shonen nekketsu, comme Dragon Ball Z, narutoUne pièce, où le pouvoir de l’amitié est maître et où il est durement combattu. Cependant, et heureusement, il n’y a pas que cela. Il existe différents genres d’anime : science-fiction, romance, thriller… Il y en a pour tous les goûts. Pour cette démocratisation de l’anime, on peut remercier Internet et les réseaux sociaux. Mais pas seulement.

Article similaire :  Nos coeurs meurtris critiqués : l'actrice prend la défense du film Netflix - Actus Ciné

Plus accessible que jamais

Dans cette montée en popularité de l’anime, les SVOD n’y sont pas pour rien. Grâce à ces plateformes, les anime sont désormais plus accessibles. Avec plus de gens prêts à les regarder, les animes ont gagné en notoriété. Si certains regrettent cette période où l’anime n’était pas “mainstream”, cette démocratisation sur les plateformes de streaming a du bon. Pour tout le monde.

En effet, à mon époque, regarder un anime était loin d’être une chose aisée. La plupart du temps, nous devions aller sur des sites (très) douteux et marcher sur des œufs pour éviter de télécharger accidentellement un virus qui allait pourrir l’ordinateur familial tandis que Chantal, 52 ans, nous offrait une nuit torride à 2 kilomètres de chez nous. Certains anime ont été diffusés à la télévision, mais c’était rarement sur les plus grandes chaînes. Si vous êtes encore plus âgé, c’était beaucoup plus compliqué sans les débuts d’Internet. Pour eux, il fallait s’appuyer sur le Club Dorothée et la VHS. Et encore… Tout n’était pas disponible et nous avons pris ce que nous pouvions mettre sous la dent.

Capture d’écran de Netflix © Lemon Squeezer

Si aujourd’hui vous souhaitez découvrir un anime, Netflix dispose d’un catalogue plus ou moins riche pour commencer. Le leader du streaming a réussi à décrocher de grands noms comme narutoHunter X Hunter, qui squattent son catalogue depuis plusieurs années maintenant. La SVOD ne s’arrête pas là puisqu’elle se bat régulièrement pour étoffer son catalogue d’anime. A noter, entre autres, l’arrivée récente des deux premières collections de Détective Conande L’aventure de JoJo’s Bizarre: Stone Ocean ou la première saison de Tueur de démons. Au cours des dernières années, Netflix a réussi à mettre la main sur des monuments comme be-bop de cow-boyNéon Genesis Evangelion. De quoi ravir les fans d’anime sur la plateforme.

Article similaire :  la série Netflix aura-t-elle une saison 2 ?

Régulièrement, Netflix confie à ses abonnés qu’il fait de son mieux pour récupérer les droits de licence de taille comme Une pièceConfrérie Fullmetal Alchemist qui, pendant un temps béni, était disponible sur la plateforme.

Netflix : une stratégie centrée sur l’anime ?

Face à l’engouement suscité par les anime et les films d’animation japonais, Netflix a sorti les crocs. Alors que les plateformes de streaming dédiées à l’animation japonaise se sont imposées et l’ont éclipsée, Crunchyroll et Wakanim s’alliant, le géant du streaming se devait d’agir.

En plus de proposer des grands noms de l’animation japonaise, il fallait voir plus grand. C’est ainsi que Netflix s’est lancé dans la production d’anime. Contre toute attente, la SVOD ne s’avère pas trop mal dans ce domaine. Ça ne marche pas à tous les coups, c’est certain, mais Netflix a réussi à déposer quelques pépites. Nous pensons notamment à Devilman pleurnichardl’adaptation mise à jour du manga culte Homme diabolique de Gō Nagai, suite décalée Saiki Kusuo no Psi-nan ou, plus récemment, toucher Kotaro solo.

Netflix a compris que les anime fonctionnaient en ce moment et qu’il fallait parier dessus. Outre l’achat de gros droits de licence et la production d’animes, Netflix s’est mis en tête de l’adapter. Eh bien, c’est là que ça devient délicat. Il est toujours difficile d’adapter un support écrit et c’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit d’un manga ou d’un anime. Netflix a déjà essayé. Non sans se casser quelques dents. On se souvient de la catastrophe de Menace de mort en 2017, puis celle de be-bop de cow-boy L’année dernière. Mais rien n’arrête le géant au N rouge qui, tel un héros shonen enragé, ne compte pas baisser les bras. Et aborde l’adaptation d’un monument de l’animation japonaise : Une pièce.

netflix

Leave a Comment

Close